SensEtLien

SensEtLien

Café du matin


Confiance... Ou pas !

Crédit Photo : Catherine Vrignaud Cohen

 

Cette fois la Vie m'ammène à Albertville, en Savoie, petite ville au milieu des montagnes...

Il y a 4 ans Charlotte, ma fille, me demandait de venir habiter avec son papa pour le rencontrer, après avoir passé 3 ans avec moi. Sa demande m'avait occupé beaucoup de temps, de reflexion, de questions et j'avais fini par dire "oui" et donner la garde à son père.

Elle est partie, j'ai appris à vivre sans elle au quotidien, à affronter la solitude, à trouver de l'énergie chez moi sans compter sur la sienne, j'ai eu peur de perdre le lien, je ne l'ai pas perdu, j'ai appris la maman vacances, la maman ouverture, la maman qui n'a plus de quotidien... Comme toutes les expériences de vie, celle-là a de très beaux côtes, je peux vivre ma vie de femme, et des très durs, la solitude et la recherche de sens en sont sans doutes les majeures.

L'été dernier, Charlotte me demande de me rapprocher "tu comprends maman, tu me manques et j'ai envie de te voir plus mais je ne veux pas quitter tous mes copains!". OK, le bon bélier sort ses cornes, se met en marche, organise son arrivée à Albertville pour septembre dans la joie et la confiance! J'imagine que le papa de Charlotte comprendra et que tout se passera bien, comme il y a 4  ans ! Pas du tout ! Le bélier se prend le mur ! La colère du père est énorme, ses peurs aussi...

Donc, pas d'arrangement à l'amiable possible ! Il faut faire appel à la justice... J'ai trouvé un bon avocat, réuni plus de papiers qu'un ministre et me voilà à 50m de chez ma fille avec un droit de visite toutes les 3 semaines et la moitié des vacances... Les délais de la justice si tout va bien : 4 mois !

Je trouve ça tellement con ! Impuissante j'attends ! La peur empêche Charlotte de parler à son père pour ne pas risquer de colère ! Charlotte me dit se sentir en prison ! Et le père refuse tout contact avec moi.

Comment peut-on refuser une demande de sa fille qui n'a rien d'abhérrant ? Comment peut-on être aussi sûr de savoir ce qui est bon pour l'autre ? Comment ne pas voir qu'un jour ou l'autre l'enfant sortira de sa loyauté, de sa fidélité ? Sans doutes parce que le travail n'a jamais été fait...

Je passe mon temps à travailler sur l'inconscient, à le mettre au jour avec les accompagnements que je fais par le clown et j'ai rarement vu quelque chose d'aussi dur !

La vie me demande de retravailler sur la parentalité et mon rapport à l'autorité, je dis "OUI" à la vie, je suis un vrai Clown mais j'adresse ce message à tous les parents divorcés... Quoi qu'il se soit passé entre adultes, quelles que soient les traces, l'enfant né de cette union n'y est pour RIEN ! RIEN DU TOUT ! C'est notre RESPONSABILITE d'adulte de ne pas lui faire peser des valises plus lourdes que celles qu'il a !

Je reste convaincue que Charlotte, avec deux parents aussi différents saura trouver la voie du milieu...

Je reste convaincue que l'ouverture et l'amour font un monde bien meilleur que la peur...

Je reste convaincue que l'expérience de la vie est le plus cadeau que l'ont m'ait fait...

Prenons nos responsabilités d'adultes, dans l'ouverture, l'écoute et la douceur...

Belle journée sous ce soleil d'été Indien <3 

Peggy.

 


20/09/2018
16 Poster un commentaire

Et si je devenais autonome ?

 

Petite réflexion sur l'autonomie dans ce monde...

Et si c'était ce que l'on devait retrouver ?

 

De plus en plus, au fil de mes expériences je me rends compte que la décharge des responsabilités est grande. Avant de me faire confiance à moi, parce que soi disant je ne sais pas... je n'ai pas les compétences... je m'en remets à autrui, autrui que souvent je ne connais même pas mais qui lui a un titre ! 

 

Voilà ce qui c'est passé dans ma vie pendant longtemp :

Je suis malade : je vais chez le docteur !

Je divorce : je vais chez l'avocat !

Je manque d'argent : je vais à la banque !

 

Et dernièrement, j'avais besoin de lentilles de contact, je vais chez l'opticien qui me dit : il me faut une ordonnance de l'ophtalmo pour vous délivrer des lentilles !

Je refuse, d'abord il faut attendre un rendez vous pendant des mois et ensuite, je sais ce dont j'ai besoin ! 

Je tiens ferme ! Je lui propose de lui signer une décharge de responsabilité! Tout ça pour une boîte de lentilles que je vais mettre dans mes yeux ! Mais où va-t-on ? Jusqu'où allons nous chercher le risque 0 ? N'y a-t-il pas d'autres solutions ? 

 

Je ne remets pas en cause le fait que nous ayions besoin des autres, c'est évident et c'est tant mieux ! Par contre, le fait de toujours voir en l'autre un référent qui sait mieux que moi, c'est là que, pour moi, le bas blesse !

Mon coeur sait ! Je sais !

Une fois que j'ai la réponse, je vais me faire accompagner, trouver les ressources nécessaires, mais je sais où je veux aller ! Je suis autonome, j'ai une direction et je peux partager !

Pour retrouver mon autonomie, et de ce fait devenir adulte, je ne peux pas faire autrement que de me redonner voix au chapître ! C'est moi qui joue le film de ma vie, je pense ma vie, je crée ma vie et j'en suis l'actrice principale !

Et je remercie la vie qui me propose un scénario sensationnel que je mets en scène et que j'interprète avec joie !

Belle journée sous le soleil de l'autonomie... sujet hautement d'actualité en ces périodes électorales... !

 


13/03/2017
2 Poster un commentaire

Je suis ma matière !

 

Je me suis levée hier avec cette évidence encore plus évidente que d'habitude...

Peu importe ma spiritualité ou ma route, mon seul élément de travail, ma seule matière c'est moi !

Ca fait maintenant plus de dix ans que j'ai pris ce chemin et que je travaille avec cette matière dans une recherche d'authenticité et d'humanité.

On entend partout aujourd'hui, c'est l'intention qui compte ! Mais qu'est ce que l'intention ? 

Les physiciens quantiques sont d'accords pour dire que l'observateur intervient dans l'expérience et influence son résultat mais, qui est l'observateur ? Mes yeux ? Mon cerveau ? Mes cellules ?

Les spirituels disent que l'amour est à la source de tout mais, qu'est ce que l'amour ? 

Les alchimistes parlent de lumière passant au travers de la matière mais, de quelle lumière parle-t-on ?

 

Face à toutes ces questions, j'ai un outil de travail formidable, mon corps et mes cellules !

Je n'ai encore rien trouvé de mieux pour être Humain, Vivant.

Je voulais vous livrer une méthode de débroussaillage qui m'est utile depuis toutes ces années et que je continue d'utiliser : mon cahier magique !

 

La première chose est de repérer quel signal vous donne votre corps pour vous montrer son désaccord avec ce qui se passe. Chez moi, le plexus se serre et se ferme. Quand je suis face à ce symptôme, je sais que quelque chose que je trouve pas juste est en train de se passer.

 

Donc, je prends mon cahier et je le note !

 

Au moment où j'ai du temps pour moi, en général le soir, je reprends mon cahier avec ce que j'ai noté et je me replonge dedans. Pas dans l'idée mentale que je m'en fais mais je revisualise l'image et je me replonge dans le ressenti que j'ai éprouvé. Il faut vraiment ressentir avec son coeur !

 

Là je réponds à ces trois questions :

Pourquoi je n'ai pas aimé ce qui c'est passé ?

Comment aurai je aimé que cela se passe ?

Quelle situation je ne veux pas expérimenter à nouveau ?

 

Ce petit exercice va me permettre de passer de : 

Le monde est injuste tout le monde m'en veut 

à

Je suis co responsable de ce qui m'arrive

Pour arriver à

Je suis responsable à 100% de ce qui m'arrive !

 

Et c'est énorme parceque si j'en suis responsable, je peux le changer!!!!

Avec de la constance et de la persévérance, je vais trouver la paix ! Je n'éviterai pas les vagues d'émotions qui sont des informations précieuses et vivantes mais, si je suis l'océan, les vagues s'agiteront mais le fond sera serein et stable...

Bienvenus dans le monde de la sérénité et... gratitude infinie pour les petits cahiers!!!!

 

L'enthousiasmeuse.

 


14/01/2017
1 Poster un commentaire

Il y a cinq ans... je divorçais...

 

Ce soir, j'ai été voir ma fille chanter pour son concert de l'école de musique et l'envie me vient d'écrire sur le divorce.

Oui, je fais partie de ces couples, souvent décriés qui se sont séparés.

Oui, nous avions une petite fille.

Charlotte avait quatre ans quand nos chemins se sont séparés.

Non, le divorce n'a rien d'une partie de plaisir et beaucoup de passions s'y déchaînent... je n'ai pas échappé à la règle ! Le déchirement d'un lien n'est jamais simple et met parfois de longues années à cicatriser. Il n'y a jamais un perdant et un vainqueur mais deux personnes qui souffrent chacunes à leur manière souvent de façon incompréhensible pour l'autre...

J'ai toujours dit que ma fille ne m'appartenait pas et la vie me le montre tous les jours, de mille couleurs. Ma tête était perplexe mais mon ventre savait !

Vivant loin l'un de l'autre, la garde alternée n'était pas possible, j'ai donc eu la garde de Charlotte les quatre premières années. Et puis un jour, j'ai entendu ma petite me dire... "tu sais maman, j'aimerai bien aller habiter avec papa. C'est comme si j'avais deux belles fleurs dans mon jardin et que je n'en connaisse qu'une, je veux connaitre l'autre !".

Si mon coeur c'est serré en imaginant mille choses, il savait aussi que je ne pouvais pas refuser une telle demande. J'ai mis un an... a tergiverser, nettoyer toutes les blessures encore ouvertes... pendant ce temps son papa préparait son arrivée. Puis le tribunal. Changement de garde. Le plus grand cadeau d'amour et de confiance que je n'ai jamais fait...

Ca fait maintenant un an et demi qu'elle est chez son papa, elle y est bien ! Aujourd'hui cette superbe petite fille de presque dix ans a la chance de vivre différents univers, très distincts, avec des idées divergentes. Elle sait puiser dans ces univers et en déceler les ouvertures. 

Loin de moi l'idée de faire l'apologie du divorce mais je constate avec amour que cette difficulté peut aussi être force et richesse. Je suis fière de la voir heureuse, entourée et sécurisée par un papa, une maman, des papis-mamies, des oncles et des tantes...

Peut-être juste réhabiliter pour tous les enfants qui portent cette valise qu'elle peut être remplie de fleurs... en faisant confiance au temps qui passe et aux adultes qui apprennent à être des adultes... humains.

Merci pour ce beau cadeau qui m'est offert à chaque fois que je vois ma fille heureuse... c'est peut-être ça le plus important ?

 

 


14/12/2016
11 Poster un commentaire

Etre femme

2016-10-02 15.21.57.jpg

 

 

Aujourd'hui c'est aux femmes que je veux dire Merci, c'est aux femmes que je veux témoigner ma gratitude.

Le retour vers ma féminité est un long chemin, parsemé d'hommes et de femmes qui m'aident à avancer, à me reconnecter à la puissance de ma matrice.

Debout et alignée, en accord, heureuse d'être Femme.

Il y a quelques années j'ai dit stop ! Stop à ce que la société entendait par être femme. Stop à tous les codes du féminin, l'esthétique du féminin, les valeurs du féminin, les comportements du féminin, selon la société... STOP!

Ce n'est pas ce qui vibre en moi !

Je me suis déshabillée de tous ces codes, les extérieurs d'abord : habillage, maquillage, épilation, teinture... Les intérieurs ensuite : professionnels, mes règles sont devenues mes lunes, dans la vie quotidienne...

Quel féminin je voulais transmettre à ma fille ? Quel féminin je voulais vivre ?

Et, j'ai entendu de la bouche d'une guérisseuse mexicaine une phrase qui m'a touché : "Il faut que tu soigne ton féminin ! Le féminin n'a rien à voir avec du rouge à lèvres !".

C'est là que les cycles ont frappé à ma porte. Oui, je suis cyclique ! Oui, je change de point de vue ! Oui, je suis sorcière, enchanteresse, vierge ou mère ! Oui pendant mes lunes je suis un ours !

Et une petite voie m'a parlé du féminin sacré. De la puissance du féminin dans ma matrice, mon utérus... de sa force d’accueil, d'amour, de transformation, de création, d'inspiration... sans limites !

Et surtout pas contre qui ou quoi que ce soit, sur le chemin, main dans la main !

Ce weekend j'ai eu la chance de vivre un rassemblement de 200 femmes, toutes en chemin, de tous les ages, avec leurs rêves, leurs blessures et leur beauté. Nous avons échangé, chanté, dansé, nous avons été ensemble, dans le sacré des cérémonies, dans l'intime des conversations, juste ensemble.

Et c'était beau ! Magnifique !

200 femmes dans la mer tels des chevaux libres sur la terre de Camargue ! 200 femmes dans les rues chantant à l'unisson, vêtues de rouge et blanc, pour le monde de demain ! 200 femmes, belles, mères-veilleuses, sublimes, debout... Réconciliation... Infinie gratitude...

Si le féminin frappe à ta porte de sa main douce et puissante... ouvre-lui, c'est le plus beau cadeau que tu puisses te faire !

Merci la vie !

 


03/10/2016
0 Poster un commentaire